coup-de-gueule Chers amis,

A moins de deux semaines de la rentrée, 6 000 lycéens sont toujours sur la carreau et attendent encore une hypothétique place en université ou ailleurs ! Nous assistons manifestement à la faillite d'un système dont les premières victimes sont ou seront bientôt nos enfants !

 

Admission post-bac : 6 000 étudiants attendent toujours une place à l'université

Ils ne savent toujours pas où ils seront dans quelques semaines. Quelque 6 000 jeunes, qui s'étaient inscrits sur la plateforme d'admission post-bac (APB), sont encore sans affectation à l' université, a indiqué, mardi 22 août, la ministre de l'Enseignement supérieur, Frédérique Vidal. Leur nombre s'élevait à 65 000 à la fin du mois de juillet.

http://www.francetvinfo.fr

 

Il faudra quand même qu'on nous explique un jour pourquoi vouloir augmenter à tout prix le nombre de bacheliers chaque année si ces mêmes bacheliers ne peuvent pas suivre d'études supérieures, sauf à payer des écoles privées, où devoir se rabattre sur des filières par dépit, parce qu'on n'a pas d'autre choix et finir par abandonner au bout de quelques semaines ou quelques mois car on n'est décidément pas fait pour la filière imposée.

Pour autant, la galère ne s'arrête pas après l'entrée en université. Les règles de passage en master 1 après l'obtention de la licence changent à la rentrée de septembre. Tous les licenciés ne sont pas certains de pouvoir obtenir l'entrée en master 1 dans la filière souhaitée lorsque les capacités d'accueil sont limitées.

 

Franchir la sélection à l'entrée en M1

L'accès en M1 est de droit pour les titulaires d'une licence sauf si l'établissement a fixé des capacités d'accueil. Dans ce cas, l'admission s'effectue sur concours ou sur dossier. Parmi les critères qui font la différence : un projet personnel et professionnel, la motivation du candidat.

http://www.onisep.fr

 

 L'éducation et la formation ne sont toujours pas manifestement une priorité pour nos dirigeants !